• ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

    JARNY : QUI VEUT SAUVER LA PEAU DE L’OURS ?

    A peine l’opération "Ça va chauffer" s’est-elle conclue à Jarny, que d’autres écologistes en herbe envahissent le parc de Moncel. Le développement durable était également à l’honneur à l’espace Gérard-Philipe.

    L’opération "Ça va chauffer" à Jarny vient à peine de toucher à sa fin, ce jeudi. Et déjà hier, la ville de Jarny accueillait une nouvelle fournée d’enfants à la main verte : 500 élèves du CP au collège viennent de Jarny, Champigneulles, Dombasle-sur-Meurthe, Pont-à-Mousson, Tantonville ou encore Saint-Max, répartis entre le château de Moncel et l’espace Gérard-Philipe. «Douze classes volontaires de tout le département ont pris part à ce projet d’accompagnement aux technologies de l’information et de la communication pour l’éducation, détaille Stanislas Adamkiewicz, directeur du centre départemental de documentation pédagogique de Meurthe-et-Moselle (CDDP 54).Les écoliers ont choisi un sujet sur l’écologie et ont produit un écrit sur ce thème, mis ensuite en ligne sur un site d’écrivain public. Ainsi, chacun a pu consulter les travaux des autres. »

    Après avoir partagé des connaissances de manière électronique, les enfants ont donc profité des ateliers, déjà en place dans le parc de Moncel : «Cette journée est une sorte de récompense, estime Philippe Langlois, enseignant rattaché au centre régional de documentation pédagogique (CRDP). Le but de cette rencontre physique : que les gamins soient actifs et qu’ils se prêtent à la manipulation.» Et les intéressés ne s’en privent pas. Ils sont sur tous les fronts : découverte des énergies renouvelables, jeux d’enfants en version écolo, décollage de fusée à la force de l’air comprimé et de la force musculaire…

    <xintertitrefilets style_sheet="IntertitreFilets">L’été sans banquise</xintertitrefilets>

    Dans le même temps, l’autre versant de la manifestation se déroule à l’espace Gérard-Philipe, dans Jarny même. Jean-Louis IMBS y tient conférence pour aborder le réchauffement climatique. Une conférence pour attirer des écoliers et collégiens ? «Pour les intéresser, je pars de l’histoire de l’ours. Lorsqu’il pêche le phoque, l’animal fait un trou dans la glace, décrit le naturaliste. Désormais l’été ce n’est plus possible, car la glace fond. Et si l’ours n’a plus de banquise, c’est dû aux habitudes que nous avons ici, et qui se répercutent là-bas. »Le spécialiste de la nature en profite pour faire le lien avec l’actualité : « D’ailleurs, les conséquences, nous les subissons déjà. Rien que les inondations de la semaine passée… »
    Dans la foulée, Jean-Louis Imbs procède à un tour d’horizon des thématiques environnementales : les économies d’eau, d’électricité, les gestes simples… Le public, attrapé par les pattes de l’ours, est conquis. Mais est-ce suffisant ? «Si 10 % de ces élèves sortent d’ici en se sentant concernés, c’est déjà bien ! »
    Dès la semaine prochaine, Jean-Louis Imbs s’en ira à nouveau au Groenland, puis sur l’île de Spitzberg, en Scandinavie, pour poursuivre son combat en faveur de la nature : «Mes activités coûtent de l’argent. Je pars du principe que cela devra s’arrêter quand, un jour, j’aurais convaincu suffisamment de monde…»

    X. J.

    Publié le 21/06/2008


    votre commentaire

  • REPUBLICAIN LORRAIN DU 5 avril 2009

    Environnement développement durable

    «Qu’est ce qui ne va pas sur notre planète ?»

    La conférence donnée dans le cadre de la semaine du développemnt durable a été suivie avec intérêt.

     

    Dans le cadre de la semaine sur le développement durable, une série d’animations sont mises en place en ville. Le coup d’envoi a été donné jeudi soir avec une conférence sur le réchauffement climatique. Au vu de l’affluence, un sujet qui passionne. Les opérations se poursuivent aujourd’hui samedi et demain dimanche.

     

    Je ne suis pas un explorateur, mais un voyageur qui constate que le réchauffement de la planète met la terre en danger.» Après avoir été présenté par Roland Klein, adjoint délégué à l’Agenda 21 lors de la conférence présentée jeudi soir au centre socioculturel, Jean-Louis Imbs a exposé l’avenir. Il est sombre et menaçant. Entre deux voyages et un prochain départ pour le grand nord canadien, la pause sarrebourgeoise a permis à ce passionné de faire passer des messages forts : « Je viens au nom des animaux qui vivent des temps difficiles en Arctique et en Antarctique. Posons-nous les bonnes questions maintenant : où en sommes-nous avec l’écologie, ou pourquoi c’est notre génération qui est confrontée à ce problème ? » Les réponses ne fusent pas d’elles-mêmes.

     

    Il reste 20 000 ours blancs

     

    Biodiversité, fonte des glaciers, dégradation des océans, de l’atmosphère, déforestation… Et d’interroger : «Qu’est ce qui ne va pas sur notre planète ? » 15 millions d’ha de forêts disparaissent chaque année, soit l’équivalent de la surface d’un terrain de football toutes les minutes. Selon Jean-Louis Imbs, l’activité humaine impacte l’état de la planète. En 2015, la banquise aura disparu en été, et la mortalité croissante des ours blancs n’est plus admissible. La bascule est palpable en Arctique, mais également en Antarctique.

    Et d’interroger : «Que faut-il faire ? Pourra-t-on durablement se développer ? Il faudra surtout changer nos habitudes, nos comportements. » Généraliser les énergies renouvelables est une piste de travail, mais il faut agir vite, très vite. Jean-Louis Imbs tranche : «Remettons l’humain et la nature au centre du débat, reconstruisons un monde différent.» Grandes idées non dénuées de sens, à bien y réfléchir.

    Lors du débat qui a suivi, le député maire, Alain Marty, présent dans les gradins, a rebondi sur les propos du conférencier concernant les véhicules écologiques, livrant sa réflexion sur la crise automobile. Selon lui, elle est «la suite logique d’un manque d’anticipation de la part des constructeurs.» Le petit film projeté à l’issue de l’intervention du voyageur a plongé les spectateurs dans un abîme d’interrogations. A vous donner envie de repartir à pied…


    votre commentaire
  • C’est une étape de sensibilisation des Sarrebourgeois au développement durable et à la démarche AGENDA 21.

    La Ville de Sarrebourg organise du 1er au 7 avril 2009 une semaine d’animations, pour le grand public, autour du thème de la consommation durable.

    Des expositions sur le développement durable en général, et plus particulièrement sur la démarche AGENDA 21 qui vient d’être actée par la Ville : recyclage des déchets, conférences et débats, marché du développement durable avec vente de produits du terroir et de produits biologiques, promotion des engagements locaux (couches lavables, compostage domestique, énergies renouvelables), jeux, sorties familiales, projections cinématographiques, concerts, … 
    Par ailleurs des actions spécifiques s’adresseront aux scolaires : fabrication d’un chariot écologique, visite de la déchetterie, ...

    Au travers de ces animations, nous souhaitons inciter les Sarrebourgeois (ainsi que nos voisins !) à adopter des comportements quotidiens responsables, à recréer du lien social entre les générations, entre les communautés, ...

    PROGRAMME

    Jeudi 2 avril à 20h15 au centre socioculturel 
    Soirée inaugurale avec Jean-Louis IMBS, explorateur alsacien, sur le réchauffement climatique et le développement durable. 
    Conférence et projection d’un film tourné en Antarctique.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires